24 mars 2008

Echochrome

Un petit jeu Sony bien sympa pour sa PSP vient de sortir au Japon, il s'agit de

Echochrome Mugen Kairou


Alors à quoi avons nous à faire ici ?
Disons que c'est une sorte de "puzzle game" mais qui est bien différent des autres puzzle games classiques.

Vous contrôlez une sorte d'humanoïde qui se trouve sur une plate-forme et vous devrez le déplacer sur d'autres plate-formes afin de retrouver ses "échos" (sorte d'amis si on peut dire) tout en prenant garde aux obstacles qui sont devant lui.
Les seules commandes que vous pouvez lui ordonner sont : avance ou arrêt.
Il faudra donc prendre son temps pour bien réfléchir à comment se rendre aux buts tout en prenant garde au temps.


Le jeu est basé sur plusieurs règles de perspective.
En effet, outre le fait de donner des ordres à votre humanoïde, vous pouvez rotationner le décor dans tous les axes, ce qui nous ammène donc à "jouer" avec les perspectives.

Voici donc les 5 règles de base sur lesquelles repose le gameplay :

1. Ce que vous voyez devient realité.
Je m'explique, en rotationnant le décor, vous pouvez "aligner" 2 plate-formes qui ne sont pas à la même hauteur dans l'espace mais dont les perspectives peuvent s'aligner, ce qui cré un chemin pour votre personnage.
Pas évident à expliquer avec des mots mais la vidéo du dessous sera plus parlante.


2. Certaines plate-formes ont des petits trous noirs.
Si votre personnage marche sur l'une d'entres elles, alors il tombe.
Il peut très bien tomber dans le vide (vous reviendrez alors sur la plate-forme) mais en faisant tourner le décor et en jouant avec les perspectives, vous pouvez le faire tomber sur une plate-forme située en dessous.


3. Il y a deux plate-formes séparées par un trou.
Votre personnage ne peut donc plus avancer.
Mais justement, grâce à cette règle, il pourra avancer.
Essayer de trouver une sorte de mur, faites rotationner le décor pour que ce mur cache le trou.
Le trou "disparait" et c'est alors que votre personnage pourra passer.

4. Il y a un trou sur une plate-forme mais vous ne voulez pas que votre personnage tombe dedans.
Suffit alors de le "cacher" en tournant le tableau adéquatement et votre personnage continuera son chemin.


5. Sur certaines plate-formes, on peut trouver des sortes de trampolines.
Alors que les trous nous font tomber, les trampolines, eux, nous font sauter.
Là aussi, il faut modifier la perspective pour que notre personnage puisse grimper sur les plate-formes supérieures.
En utilisant la 4ème règle, on peut aussi éviter que le personnage saute en cachant le trampoline.


Une fois les bases maitrisées alors vous pouvez vous attaquer aux différents tableaux que propose le jeu.
Plus de 80 tableaux sont présents avec une difficulté croissante mais ce qui est intéressant, c'est qu'il existe plusieurs façons d'arriver au but.

Un autre mode de jeu est présent, appelé "pair" ou vous devrez rejoindre les échos de la même couleur ensemble (blanc ensemble et noir ensemble), ce qui corse bien entendu le jeu.


Le soft propose aussi un éditeur de niveaux, où vous pourrez créer vos propres tableaux afin de les partager.

Quant à la bande son, on retrouve de la musique classique, histoire de reposer un peu les méninges.

Personnellement, pour faire simple : j'adore !
Ce genre de soft prouve une fois de plus que ce ne sont les graphismes qui font qu'un jeu soit bon.
Un concept simple et basique, qui reprend des théories que tout le monde connait, une interface quasi-inexistante mais tout cela n'empêche pas de prendre un réel plaisir à jouer.

Le jeu reste assez difficile de part le fait que les tableaux soient chronomètrés.
J'aurais préféré avoir un mode libre sans limite de temps pour s'entrainer car certains tableaux peuvent prendre plus de 5 minutes à résoudre (du moins la première fois).

Pour ceux qui aiment se faire mal à la tête, un peu comme Crush de Sega, Echochrome est fait pour vous.
C'est mon petit coup de coeur PSP de cette année pour le moment.

Ma note : 8/10

4 commentaires:

Hisamitsu a dit…

Ji est déjà joué en flash sur internet ya environs 1 ans, je sais pas pourquoi mes il me rappelle kurushi

yaf a dit…

Concept de jeu très interessant car j'adore la géométrie, l'art visuel et donc bien sur les "trompe l'oeil"
...juste pour info, c'est quoi son petit nom en japonais? (sur la pochette) et qu'est ce que ces kanjis signifient?
Merci.

Vincent a dit…

le titre japonais (je l'ai rajoute), c'est Mugen Kairou que l'on pourrait traduire par "Galerie infinie"

bikoko a dit…

Tu me confirmes dans ma decision de le prendre, j'hesitais juste entre le prendre sur psp ou ps3 (j'ai fait la demo sur PS3).