20 décembre 2008

Dissidia : Final Fantasy

On approche de la fin de l'année et avant de clotûrer celle-ci, laissez-moi vous présenter un dernier petit jeu :

Dissidia : Final Fantasy


Comme vous le savez tous, Square-Enix a l'intention de nous bombarber une salve de titres pour 2009 (vu qu'ils n'ont rien sorti en 2008) et Dissidia est un peu comme un avant goût de la chose.
Fans de FF en tout genre, faites chauffer votre PSP !

Alors pour ceux qui débarquent, Dissidia, qu'est ce que c'est ?
Et bien c'est tout simplement un jeu de baston 3D regroupant les grands personnages de l'univers Final Fantasy de l'épisode I au X.
Si vous réviez de Cloud (FFVII) combattant Tidus (FFX) et bien vous pouvez dès à présent remercier S-E et foncer sur ce soft sans plus attendre.
D'ailleurs ce jeu est en fait un "cadeau" de S-E pour fêter les 20 ans de la série au Japon (avec une petite année de retard cependant...)


Si vous pensez que le jeu est un vulgaire Tekken alors vous vous trompez complètement.
Outre la baston, le tout est intégré dans une réalisation à la S-E et dans un scénario bien ficelé avec de nombreuses scènes cinématiques de narration pour mieux s'immerger.

Comme d'habitude, je préfère ne pas trop vous dévoiler l'histoire, sachez juste que nos héros se retrouvent plongés dans une guerre entre Cosmos (Déesse de la lumière) et Chaos (le Dieu des ténèbres).
Cela ne vous étonnera pas si je vous dis que Tidus, Cloud, Djidane sont du côté de Cosmos alors que Sephiroth et Jecht sont du côté de Chaos.

Venons en directement au jeu proprement dit.
Tout d'abord, la première chose qui surprend lors que l'on commence sa première partie, c'est l'option qui permet d'installer certaines données de l'UMD sur la MemoryStick, une première sur PSP il me semble !
3 types d'installations (245Mo, 373Mo ou 528Mo) vous sont proposés pour améliorer les temps de chargement car en effet ils sont assez nombreux et peuvent s'avérer longs.


Une fois la superbe intro de 5 minutes passée, on arrive au menu principal qui propose : un mode Histoire, un mode Battle ou encore un mode Multijoueur.
Assez classique me direz vous, penchons nous plutôt sur le mode Histoire, la grosse partie du soft.

On arrive donc dans le vif du sujet.
Notre personnage se retrouve sur une sorte de damier composé de plusieurs cases sur lesquelles on peut trouver des objets, des trésors ou bien des ennemis.
A votre extrême, on trouve le point d'arrivée qu'il faudra atteindre pour prétendre avoir fini le stage.


Pour se déplacer, rien de plus simple, on choisit la case sur laquelle on veut aller et c'est tout, cela vous coûtera 1 point de DP (Destiny Point).
Ce compteur de points (fixé au départ) vous incite à vous déplacer en optimisant au mieux vos déplacements.
Vous serez tenter de récupérer tous les objets répartis dans les coins, ce qui vous poussera à vous déplacer et donc à consommer des points DP.
Ces DP intéragissent sur le status de votre personnage donc si vous n'en avez plus, votre personnage évoluera plus lentement.
Un système assez vicieux donc mais ne vous inquiétez pas car en combattant les ennemis, vous récupérerez des DP surtout si vous enchainez les actions.

L'enchainement est vraiment ce qu'il y a de plus important.
Par exemple, vous êtes sur une case et les 2 cases adjacentes proposent un ennmi et un coffre.
Je vous conseille d'ouvrir le coffre en premier puis d'enchainer sur l'ennemi, d'une part vous obtiendrez l'objet en premier et d'autre part, cela vous rapportera beaucoup plus de DP.

Il est possible d'éxaminer les cases sans se déplacer, cela donne des informations sur votre ennemi ou encore vous pouvez analyser tel objet afin de déterminer votre stratégie de déplacement.
Enfin, en pressant "triangle", vous accédez à la customisation du personnage.
Comme dans tout Final Fantasy qui se respecte, là aussi, vous avez le droit d'améliorer les compétences de votre personnage : accessoires, abilités, objets, équipement, invocations, etc...
Au fur et à mesure du jeu, vous pourrez donc ajouter de nouvelles attaques à votre personnage ce qui le rendra vraiment unique.


Une fois bien préparé, on peut donc foncer sur l'ennemi et c'est alors que nous entrons dans la phase de combat.
Tout d'abord, même si le décor est vaste, celui-ci est fermé par des murs invisibles, on verra plus bas que cela peut s'avérer utile au niveau de la stratégie.
Autrement, on peut sauter et se déplacer librement dans tous les sens.
Certaines "lignes" vertes apparaissent sur le terrain, ce sont en fait des "rails".
En appuyant sur "triangle", le perso monte sur ces rails et peut se déplacer vers l'ennemi beaucoup plus rapidement.
Cette même touche permet aussi de grimper ou encore d'escalader les murs.

Après quelques coups sur son ennemi, on se rend compte finalement que nous ne sommes pas dans un jeu de baston classique, malgré la barre de HP présente en bas de l'écran.
En effet, le gameplay est beaucoup plus subtile, je vais tenter de vous l'expliquer le plus clairement possible, accrochez vous !

En général, dans un jeu de baston, on tape l'adversaire, celui-ci se prend un coup et sa barre de vie diminue et ainsi de suite jusqu'à sa mort.
Ici, on est loin de tout ça.
On a ce qu'on appelle des BP (Brave Point) qui sont des points représentatifs à chaque coup porté.
C'est en appuyant sur "rond" que vous pouvez lancer ce genre de coups.
Les points varient selon votre force, la défense de l'adversaire ainsi que de la situation, bref tout ça est très variable, difficile d'évaluer ces nombres.




A chaque attaque BP réussie, vous ne faites pas baisser la jauge de vie de votre adversaire, vous lui volez simplement ces points BP, là est toute la différence !
Les points volés s'accumulent alors à votre jauge BP et bien entendu si vous vous faites toucher alors c'est l'inverse qui se passe.
Il existe aussi des BP de terrain, j'en reparle un peu plus bas.

OK, mais alors comment je fais baisser la vie de mon adversaire ?
Justement j'y viens.
Nous avons vu les attaques BP mais ce n'est pas tout, il y a aussi les attaques HP.
Comme son nom l'indique, ce sont ces attaques là qu'il faudra utiliser pour faire baisser la jauge HP de votre ennemi.
Et justement, les attaques HP sont en corrélation avec les attaques BP.
Vous comprendrez donc qu'au préalable, il est nécessaire de lancer beaucoup d'attaques BP afin d'augmenter la force de vos futures attaques HP.
Le système est donc extrêmement bien pensé et il sera quasiment impossible de gagner un combat si vous n'avez pas auparavant bien chargé votre jauge BP.


Il est temps donc de lancer votre attaque HP en pressant "carré" mais attention car celles-ci sont plus lentes à sortir donc plus facilement esquivables.
Si votre attaque réussie, alors l'ennmi voit sa jauge HP baissée du montant total de vos BP.
En ce qui vous concerne, votre jauge de BP revient à zero et il faudra recommencer ainsi de suite.
Attention cependant au "Break" !
Le Break, c'est lorsque votre jauge BP est à 0 et que votre ennemi vous attaque.
Vu que vous n'avez plus de points, il ne peut pas vous en voler, il s'appropriera les BP de terrain, nombre généralement assez élevé, qui se situe entre les deux jauges HP.
Attention donc au retour de la médaille, il faut donc bien se méfier et bien réfléchir au moment où vous lancer votre attaque HP.


Vous m'avez suivi ?
Voilà, le principe du gameplay de base de Dissidia.
On est donc bien loin d'un enième jeu de baston comme Tekken ou Virtua Fighter.
Ici, tout est assez stratégique et réussir une attaque n'est pas toujours évident.

Il y a encore certains points dont j'aimerais vous parler.
Tout d'abord les décors.
Si vous projetez votre ennemi sur le décor ou contre un mur lors d'une attaque, vous récupérez encore plus de BP, parallèlement votre attaque HP sera plus forte.
Les décors sont donc eux aussi importants dans la phase de combat et une fois que vous aurez le jeu en main, vous saurez quels sont les décors qui font le plus mal.


Enfin, je termine avec le Mode EX.
A chaque attaque effectuée, vous obtenez des petites orbes bleues (appelées EX Force) et celles-ci viendront augmenter votre barre EX en bas à gauche.
Sur le terrain, on trouve aussi des EX Core, orbes beaucoup plus importantes en apport d'énergie pour votre jauge.
Une fois votre jauge remplie, vous aurez la possibilité de passer en mode EX en pressant sur "R+Carré".


A ce moment là, vous devenez beaucoup plus fort et c'est un énorme atout pour terrasser votre ennemi.
Avant que votre jauge EX se vide complètement, vous pourrez lancer votre EX Burst qui est une sorte de limite qui varie selon le personnage.
Ces attaques ultimes sont très dévastatrices et si vous réussissez à bien les placer alors votre victoire est quasi-assurée.


Voila ce que l'on peut dire sur le gameplay de Dissidia, cela vous permet maintenant d'avoir une vision globale sur le soft.
Bien entendu, il reste encore des choses à dire mais je vous laisse les découvrir.

Une petite option sympathique qui mérite d'être dite, c'est le fait de pouvoir enregistrer ses combats et de les convertir au format vidéo AVI via le soft.
Oui oui, vous lisez bien !
Dans le dossier VIDEO de votre PSP, vous obtenez un fichier AVI lisable sur tout ordinateur donc après rien ne vous empêche de partager vos videos sur YouTube par exemple.
Je trouve ça vraiment bien, j'espère revoir cette option dans d'autres jeux PSP à l'avenir.

Graphiquement, moi qui pensait avoir tout vu après FF7 CC et God Of War et bien je me suis trompé puisque Dissidia est extrêmement beau surtout la modélisation des personnages et des textures, sans oublier les scènes cinématiques d'une beauté spectaculaire.
Encore de l'excellent boulot pour nos amis de chez S-E.


Niveau musical, on retrouve les musiques phares de la série, du grand bonheur pour les oreilles dommage que certaines pistes aient été arrangées, j'aurais préféré avoir le choix avec les originales.
Mais dans tous les cas, si vous êtes un fan, vous ne serez pas déçu.

Lors de mon test au TGS 2008, je n'avais pu faire qu'un ou 2 combats, cela m'avait sembler assez moyen dans l'ensemble mais à présent je me rends compte que le gameplay est assez approfondi pour en faire quelque chose de bien sympathique.
Même si le jeu est assez répétitif, le fait de pouvoir customiser son perso, chercher tous les objets et surtout se remettre dans la peau des persos de FF, tout ça nous fait oublier les défauts et après quelques heures de jeu, on peut l'apprécier à sa juste valeur.

Concernant les points noirs, on peut reprocher une caméra pendant les scenes de combat pas toujours bonne, qui a tendance à se perdre, et comme on ne peut pas la recaler, ça agace assez souvent.
Des chargements longs si vous ne faites pas l'installation sur votre carte donc n'hésitez pas à la faire.
Au moment où j'écris ces lignes, j'ai joué environ 3 bonnes heures et on commence à sentir beaucoup de répétitivité puisque le scénario se déroule toujours de la même façon et que le damier ne réprésente que très peu de difficulté.


Je conseille le soft à tous les fans de FF bien entendu, par contre attention à ceux qui n'aiment pas la stratégie comme pour les phases de déplacement par exemple.
Je dis ça car je n'apprécié pas beaucoup Final Fantasy Tactics mais heureusement pour moi, on est loin de cette complexité de jeu.
Compter entre 15 et 20 heures pour finir le mode Histoire, ce qui n'est pas mal comparé aux 15 heures de FF7CC.
Il vous en faudra encore plus si vous souhaitez débloquer tous les objets.

Pour ceux qui comptent se prendre le jeu en import, là aussi attention car à moins d'être japonisant, vous passerez à coté du scénario vu que le jeu est intégralement en japonais, de même que les textes et les indications.
Si vous ne vous intéressez qu'aux combats par contre, pourquoi pas.

Ma note : 7.5/10

5 commentaires:

mir77 a dit…

Merci bien pour le rapport soldat!
J'attendrai une version occidentale.
Peut être on pourra débloquer les différents "Cid" c'est quand même Final Fantasy "10 Cid yeah".
Sinon, la particularité d'installer des données sur memory stick pour accélérer le temps de chargement est déjà présente sur le jeu Gundam vs Gundam sorti juste avant.
Sinon gros défaut du jeu, il n'y pas Dhalsim.

Poison Lady a dit…

Excellent test, vraiment. Notamment la description du système de combat, beaucoup plus claire et complète que tout ce que j'ai pu lire sur des sites pourtant bien connus.

Ca m'a vraiment donné envie de l'acquérir mais je vais plutôt attendre la sortie US, mon niveau de japonais étant ce qu'il est... un peu minable.

L-S a dit…

Pour les caméras, on peut la déplacer avec les flèches. Assez utile :).

Eric a dit…

Merci pour ce test qui est vraiment très complet.
Cependant -> "Tout d'abord, la première chose qui surprend lors que l'on commence sa première partie, c'est l'option qui permet d'installer certaines données de l'UMD sur la MemoryStick, une première sur PSP il me semble !"

Il me semble que Mana Khemia Portable+ et Monster Hunter 2nd G proposaient cette option avant Dissidia.

Mais tout de même, merci pour cet article très détaillé.

Anonyme a dit…

Je viens de me le procurer.
Ton test est très bien fait.