16 juin 2008

Metal Gear Solid 4

Bon ben voilà, le blockbuster le plus attendu de la PS3 est sorti mondialement il y a quelques jours.
Je parle bien entendu du dernier jeu d'Hidéo Kojima :

Metal Gear Solid 4 : Guns Of The Patriots



Cette jaquette japonaise déchire, vous ne trouvez pas ?
Aucune écriture mais le logo Cero gâche un peu quand même.int

Que dire,... et bien voilà, nous y sommes, MGS4 est sorti, on pourra dire qu'il nous aura fait attendre.
Faut il prévoir une augmentation de ventes de PS3 dans les semaines à venir ?
J'espère bien et puis cela serait une excellente occasion pour Sony.

Allez hop, on met le disque mais avant de prendre les commandes, comme on pouvait s'y attendre, on a droit à une "petite" installation sur le disque dur de 4 gigas, rien que ça.
Pendant les 8 minutes d'installation, on a droit à des "conseils" comme ci-dessous.


Ah ah, sacré Kojima !
8 minutes, ça peut paraitre long mais comparé aux 20 minutes de Devil May Cry 4, c'est court.
Le jeu est composé de 5 actes et entre chaque acte, on aura droit à de nouvelles petites installations allant de 1 à 3 minutes.
J'en profite pour pousser un petit coup de gueule sur ces installations énormes qui commencent à devenir trop fréquentes dernièrement.
La plupart de mes jeux ont une installation de 3 à 4 gigas, j'en suis donc venu à changer le disque et à en mettre un de 250 Go.
Je pense être tranquille pour un bon moment mais je trouve que c'est abusé quand meme.
A quoi bon avoir du bluray si c'est pour tout installer ? m'enfin...revenons a nos moutons.

Concernant l'histoire, elle se situe 5 après les événements de Metal Gear Solid 2.
Les interventions militaires en pays étrangers se sont restreintes, provoquant l'émergence de compagnies militaires privés (Private Military Compagny).
Les cinq plus importantes PMC se révèlent être contrôlées par une même compagnie mère, Outer Haven.
Disposant d'une réserve de mercenaires et moyens techniques sans égales, la puissance militaire d'Outer Heaven est colossale.
Au commande de cette immense armée, Liquid Ocelot compte poursuivre les desseins idéalistes de Big Boss et se prépare à déclencher une insurrection armée au Moyen-Orient.
Malade et vieillissant, Solid Snake est le seul à pouvoir l'arrêter.
Ce sera sa «dernière mission» ...


Je ne veux pas dévoiler l'histoire ici donc ce qui suit ne contient aucun "spoil".
Eh oui car un MGS, ça se joue, ça se "vit", je vous laisse donc la découvrir par vous même.
En tout cas, on y apprend beaucoup de choses une fois de plus et on y retrouve beaucoup de personnages récurrents de la série.


Kojima nous avait promis du "renouveau" pour ce 4ème épisode, alors qu'en est il ?
L'infiltration est toujours à l'honneur dans ce MGS mais comme l'action prend place dans des champs de bataille, il vous sera possible d'y participer.
Le jeu se transforme alors en FPS/TPS, grâce à la vue subjective qui est désormais disponible.
Certains apprécieront, moi personnellement, je préfère jouer la carte "furtivité" et y a rien de mieux que de passer inaperçu pendant que les 2 camps se font la guerre.
L'ambiance est vraiment impressionnante, on est pas loin de Call Of Duty 4 à certains moments.
J'oubliais de parler de CQT, les fameuses techniques de combat au coprs au corps.
Ne vous inquiétez pas, elles sont toujours présentes et sont toujours aussi jouissives à utiliser.


Dans MGS3, on avait expérimenté les camouflages, ici, un nouveau type de camouflage fait son apparition, le "Octocamo", camouflage automatique qui reproduit les textures environnantes dès que Snake touche un mur ou qu'il se couche à terre.
Il est même possible de camoufler la tête pour une meilleure furtivité.

Avec le "Solid Eye", la vision nocturne et infrarouge est possible.
Celle-ci remplace le radar comme on le connaissait avant.
Ici, toutes les sources "chaudes" sont affichées, c'est comme cela que l'on peut traquer les soldats, ainsi que toute espèce animale vivante.
La lunette électronique fonctionnant sur batterie, sa durée de vie est limitée.
Néanmoins, elle se recharge rapidement donc on peut l'utiliser pratiquement tout le temps.


Le petit robot qu'Otacon nous donne au début du jeu, le MK.II, est une sorte de télécommande caméra qui permet à Snake d'analyser le terrain avant de se montrer.
On peut électrocuter les ennemis mais là aussi, le robot fonctionnant sur batterie, son utilisation est restreinte.
L'idée est pas mal du tout mais je n'ai jamais vraiment eu recours à son utilisation, plus gadget qu'élément de gameplay en fin de compte.

L'autre grosse nouveauté, c'est l'arsenal et sa customisation.
Grâce à Drebin et à son magasin ambulant, il est possible d'acheter des armes et des munitions à tout moment de la partie.
L'achat fonctionne sur un système de points appelé "Drebin Point" (DP).
On accumule les points Drebin en récupérant les armes des ennemis.
Les armes en double sont vendues directement à Drebin et augmentent notre jauge de points.
Un système plutôt simple mais efficace qui pousse à "faire le ménage" sur son passage et à chercher de nouvelles armes sur le terrain.
Grâce au "Solid Eye", vous pouvez directement voir le nombre de DP inscrit au dessus de l'arme sans avoir à la ramasser.
Certaines armes sont "vérouillées", c'est à dire qu'elles ne peuvent pas être utilisées directement, il faudra dépenser des points Drebin pour les dévérouiller.


La réalisation est une fois de plus au rendez-vous, notre Snake est un vieux papy maintenant mais il se déplace toujours aussi habilement, c'est amusant de le voir se taper les reins lorsqu'il est accroupit, on sent qu'il n'est plus très jeune.

Graphiquement, que dire... le plus beau jeu de la PS3 ?
Eh bien oui, on peut le dire, c'est bel et bien le plus beau jeu de la PS3.
Je ne suis pas mécontent d'être passé à la HD, je peux vous dire que j'en ai plein les mirettes.
Une fois de plus, Kojima et son équipe ont placé la barre très haut, on parle déjà de "l'après MGS4", les éditeurs tiers vont avoir du mal à le concurrencer.
En tout cas, nous, les joueurs, on est aux anges.


Coté musique, et bien il n'y en a pratiquement pas, seulement lors des scènes d'actions mais la plupart du temps, c'est calme et ce n'est pas plus mal, l'immersion est plus profonde.
Comme vous le savez sûrement tous, le jeu est en partenariat avec l'Ipod d'Apple donc Snake à la possibilité d'écouter de la musique via son Ipod.
Des morceaux de musique sont cachés un peu partout dans le jeu, à vous de les retrouver !
Une bande son assez discrète donc, on se contentera des thèmes bien connus de la série.


En ce qui me concerne, je retrouve la même immersion que dans MGS3, une ambiance exceptionnelle, on s'imprègne des personnages, on ressent leurs sentiments, c'est vraiment très fort.
Kojima réitère une fois de plus sa "magie" et on ne peut que le féliciter.
Ajouter à ça un scénario intéressant qui nous en apprend beaucoup sur la série ainsi que sur les personnages.
Comme d'habitude, on passera de longues heures à regarder les scènes cinématiques passivement mais c'est Metal Gear Solid que voulez vous.

Dans les petits points négatifs, je note les caméras, pas toujours placées comme on le voudrait, il faut souvent les recaler afin d'avoir un bon champ de vision.
Notre Snake peut monter une marche de 20 cm mais il ne peut pas en monter une de 40cm, pour un jeu qui se dit réaliste, c'est plutôt raté ici.


Les décors sont assez diversifiés mais comme toujours, on est incité à suivre le chemin voulu, la liberté du personnage en prend donc un coup, c'est fort dommage quand on voit tous ces environnements qui ont été réalisés.
L'I.A des ennemis est là aussi, toujours un peu bancale, certains soldats semblent avoir 2 de Q.I et d'autres 200, pas évident donc de savoir si notre furtivité est efficace ou pas. Frustrant de temps en temps, hiralante et navrante à d'autres moments.

Malgré ces points, ce MGS nous plonge une fois de plus dans une atmosphère unique, prenante avec un tout un tas de sensations et beaucoup d'émotion qui font de Kojima un des maitres du jeu vidéo, difficile de le nier.
Malheureusement pour ceux qui découvrent la série avec cet opus, ils risquent d'être laisés.
Il est préférable de bien comprendre l'univers de MGS et tout son vocabulaire avant de commencer le jeu.


Concernant les différentes versions, sachez que la version japonaise sur laquelle je joue est entièrement en japonais, que ce soit les voix comme les textes.
Attention donc si vous avez l'intention d'importer cette version.
Personnellement, je préfère les voix US vu que j'ai toujours fait les MGS en US donc je prendrai une version US (qui intègre le français au passage) une fois le jeu terminé.

La durée de vie, elle, est d'environ 20 heures, cinématiques incluses, ce qui n'est pas mal pour un MGS finalement.
Et puis, cette fois-ci, MGS4 inclu un mode online : Metal Gear Online, donc je pense qu'avec tout ça, on a de quoi faire.
Je n'ai pas encore vraiment joué à MGO, tout ce que je peux vous dire, c'est qu'il passe entièrement en français sur la version japonaise.
Cependant, les parties sont localisées et se font sur des serveurs japonais.

Pour conclure : MGS4 est un jeu excellent, immersif, doté d'une réalisation à en faire rougir les autres jeux.
Tout possesseur de PS3 doivent se le procurer, pour les autres, ben vous savez ce qu'ils vous restent à faire.

Ma note : 9/10



4 commentaires:

bebert a dit…

Alle hop, 1.3 millions de jeux vendus a travers le monde la premiere journee :

http://www.play3-live.com/news-ps3-mgs4-1-3-millions-de-jeux-vendus-le-jour-j-8665.html

Vincent a dit…

Bon ben voila, j'ai fini MGS 4 hier soir a minuit.
Que dire ? ben que j'en ai encore la chaire de poule.... la fin m'aura fait chiale comme une madeleine tout comme c'etait le cas pour la fin de MGS3 aussi.
Que d'emotions mes amis, que d'emotions !!
Des jeux qui procurent ce genre d'emotions se comptent sur les doigts d'une seule main.
Bien entendu, il faut bien connaitre la saga, les personnages pour ressentir ces emotions, un joueur non initie n'aura pas du tout le meme point de vue.
Mais tous ceux qui ont fini le jeu ne peuvent pas rester indifferents, c'est sur.
Kojima cloture en beaute sa saga, une fin triste, une fin que l'on attendait.
Kojima et son equipe ont vraiment su faire ressortir les sentiments des personnages, ce qui en fait un des jeux les plus emotionnels auquel j'ai pu joue.

En terme de gameplay, ca reste du MGS pur et simple, rien de plus hormis beaucoup de fioriture inutile.
MGS 4 est loin d'innover mais bon je dirais que lorsqu'on joue a MGS on sait a quoi s'en tenir, c'est le jeu de Kojima, c'est son point de vue, on aime ou on aime pas.
Graphiquement, si vous allez lu mon article, alors vous savez que c'est la claque visuelle, difficile de dire le contraire.
Les boss, qui sont toujours tres carismatiques dans les MGS, ici, sont un peu plus creux que d'habitude.
Neanmoins le boss de l'acte 4 m'a fait penser au boss "The Pain" dans MGS3, quelle excitation !
Le jeu, lui, en fait reste globalement assez desequilibre entre jeu et histoire, plus on progresse moins on joue, cet episode est consacre enormement a faire le point sur les personnages, a cloture la serie donc malheureusement le temps de jeu en prend un coup.
Encore plus court que le 3, on bouffe de la cinematique sans arret mais comme je le disais, d'un cote elles sont necessaires pour faire le point et bien faire comprendre aux joueurs le denouement de l'histoire.
La cinematique de fin dure pratiquement 90 minutes mais quelle cinematique !
Pour finir, je dirais donc excellent jeu, excellente ambiance et immersion, beaucoup d'emotions, un de mes meilleurs jeux de l'annee 2008. Pour les autres qui ne connaissent pas la saga, vaut mieux lacher l'affaire et commencer par le tout debut.

Max' a dit…

C'est dingue comme ce jeu m'a aussi touché. Quand la musique s'élève au début de l'act 4 et que je vois ces décors, j'en ai eu les tripes noués!

Trop d'émotion mon submergé à ce moment là. Magnifique!

Snake a dit…

Je me suis acheté le pack PS3 / MGS4 la semaine dernière, j'y ai joué très modérément, et je l'ai fini hier soir.
Que dire... tu auras tout expliqué, que d'émotions à la fin, même moi, un cœur de pierre, était au bord des larmes en faisant le point dans ma tête de tous les personnages, les émotions qu'il en dégage, cette essence que seul Kojima arrive à enflammé !
L'influence cinématographique est extrêmement bien remarquable, pour les personnes qui ne connaissent pas Metal Gear, je vous conseil vraiment de commencer dans les premiers, même ceux-là restent excellent, et pour ceux qui n'ont pas de PS3 et qui n'ont pas envie de remplir les poches de Sony, faite comme moi, craquer pour la machine ne serait-ce que pour ce jeu qui mérite largement l'achat de la console, moi-même je ne le regrette pas...
La cinématique de fin avec la très bonne ambiance musicale qui colle parfaitement, je dois dire que je ne m'attendais pas une telle ampleur.

En résumé, ce jeu est tout simplement et purement un chef d'œuvre réussi, un incontournable que tout gamer se doit de posséder !