10 décembre 2007

Assassin's Creed

Après Uncharted, j'enchaine direct avec Assassin's Creed, le blockbuster d'Ubisoft de 2007.


Le jeu s'est déjà vendu à plus d'un million d'exemplaires rien qu'aux USA, on peut donc parler de "hit" sans aucun doute.

L'histoire se déroule en l'an 1191 où l'on dirige Altaïr, Maitre Assassin jusqu'au moment où il échoua une mission. La Guilde des Assassins le rétrograda au rang des Initiés, le niveau le plus bas. Altaïr devra donc accomplir de nouvelles missions pour retrouver son rang et son honneur.
En fait l'histoire est plus complexe mais je ne veux pas la divulguer pour ceux qui n'auraient pas encore le soft.

L'histoire prend donc place au XIIème siècle sur la Terre Sainte que se déchirent Croisés et Sarrasins dans les villes de Jérusalem, Saint Jean d'Acre et Damas fidèlement reconstituées comme jamais dans un jeu vidéo.
Et la première chose que l'on peut dire en se baladant dans les villes, c'est que c'est tout simplement magnifique, toutes les rues sont modélisées, d'une qualité graphique impressionnante et la cerise sur le gâteau, c'est qu'elles sont vivantes, bruyantes, l'immersion est vraiment totale.
GTA nous avait déjà habitué à ce genre de population vagabonde dans les rues mais là, Assassin's Creed place la barre encore plus haut.
A ce niveau là, c'est vraiment très réussi.


Le gameplay, lui, se rapproche de Metal Gear Solid puisque votre rôle est de tuer vos cibles sans vous faire remarquer, le plus discrètement possible.
Il faut donc marcher doucement, éviter de se faire repérer par les gardes mais aussi par les passants qui n'aiment pas l'agitation.
La gestion de la foule est assez impressionnante car les gens vous regardent, n'hésitent pas à commenter lorsque vous grimpez les murs, de même que les pauvres qui viennent mendier.
Là aussi, Ubisoft a vraiment fait fort à ce niveau là.
Si vous tuez un civil, alors les gardes n'hésiteront pas à inspecter les environs en demandant qui a fait ça.


Mais là où le bas blesse, c'est que le jeu n'est qu'une succession d'assassinats qui suit toujours la même logique.
Tout d'abord, il faut essayer d'entrer dans la ville sans se faire remarquer, soit par les remparts ou encore en se dissimulant parmi les érudits qui passent sans problème devant les gardes.


Une fois entré, il faut localiser le Bureau de la Guilde qui vous fournira des informations.
Pour trouver les indics, il faut d'abord trouver des points d'observation en hauteur comme des tours ou encore des églises.
Grâce à votre vision de L'homme qui vaut 3 milliards, les indics apparaisseront sur votre carte.


Chaque indic correspond en fait à une mini mission, nécessaire pour accéder à l'assassinat.
Ces missions se divisent en 4 catégories :
- dérober un objet sur un civil
- interroger un orateur
- tuer quelques cibles dans un temps imparti
- trouver des drapeaux dans un temps imparti
Généralement, 3 missions minimum sont nécessaires pour accéder à l'assassinat.
On retourne donc au Bureau afin de connaitre où se trouve la cible à tuer.

Une fois votre cible localisée, il faudra trouver le moyen de l'approcher sans vous faire repérer.
De nombreux gardes sont présents donc l'assassinat se fait rarement dans la discrétion finalement.
Une fois votre cible assassinée, l'alarme générale sonne et à cet instant, inutile de s'éterniser, il faudra fuir, courir sans regarder derrière vous, vous cacher afin de trouver une cachette.

Pour vous cacher, il y a les bancs, où vous pouvez vous asseoir, suffit alors de baisser la tête et le tour est joué.
Il y a aussi les mottes de paille éparpillées un peu partout.


Voilà un peu pour le principe du jeu.
Un principe plutôt bon mais qui manque de diversité.
Il y a 9 personnes à assassiner et malheureusement c'est toujours la logique citée plus haut pour y parvenir, c'est bien dommage.
Les villes ne sont pas assez exploitées, on aurait préféré un peu plus de liberté dans la recherche d'informations par exemple.
Le jeu souffre donc d'une grosse répétitivité et finalement reste assez linéaire.
Cela n'en fait pas un jeu mauvais, au contraire, mais je pense que tout le monde en attendait plus à ce niveau vu l'ampleur des villes, d'où cette petite déception.

Outre les objectifs principaux, il y a des missions annexes comme secourir des citoyens.
Suffit de tuer les gardes et les citoyens vous aideront par la suite en retenant les gardes lors d'une fuite ou d'un combat par exemple.
Ou encore, il y a la recherche des drapeaux, dissimulés un peu partout dans les 3 villes.
Ces enquêtes n'apportent pas grand chose à la trame de l'histoire malheureusement.

Au niveau de vos armes, vous possédez une lame secrète, bien cachée au niveau de votre main, qui se rétracte rapidement.
Idéal pour assassiner en toute discrétion sans vous faire remarquer.


On a ensuite l'épée, indispensable pour les combats contre les gardes.
Puis, il y a les couteaux, qui peuvent être lancés, très pratique pour éliminer les archers en hauteur par exemple.
Enfin, les poings, classique, qui ne servent pas beaucoup si ce n'est pour tabasser les orateurs et leur soutirer des infos.

Visuellement, Ubi Montréal montre leur savoir-faire, graphiquement parlant c'est superbe.
De même les animations ou encore la façon de grimper d'Altair qui peut s'accrocher à pratiquement n'importe quoi, je n'ai jamais vu ça auparavant.
Altair est souple, se déplace rapidement le tout toujours très gracieusement.
Il est capable de faire des tas de choses mais pourquoi ne sait il pas nager ?
Ben oui, si on plonge ben c'est le gameover. Pas très logique tout ça.

On sent cependant que les Canadiens ont du mal avec la PS3, puisque cette version a de gros bugs comme des "freezes" qui apparaissent par magie.
Un patch est sorti (mais rien pour la version US au moment où j'écris ces lignes) qui semble corriger ces problèmes mais tout cela reste impardonnable à mon avis.
Sortir un jeu avec autant de bugs, cela n'aurait même pas dû être approuvé par Sony.
La version Xbox 360 a semblerait quelques petits problèmes mais rien de comparable avec ceux rencontrés sur PS3.
Vaut mieux se concentrer sur la version 360 surtout pour ceux qui ont les 2 machines.
De même au niveau des chargements, y en a constamment et puis c'est long, c'est long...
On a l'impression d'être retourné sur NéoGéo CD.

Au niveau des musiques, elles sont assez discrètes mais se prêtent parfaitement à l'environnement et à l'époque, j'apprécie beaucoup.
Quant aux voix, là aussi, tout est doublé, ça parle constamment même si on note des problèmes de volumes (du moins sur PS3) comme les informateurs qui parlent très fort par rapport aux autres.


Assassin's Creed est donc un bon jeu mais n'est pas LE jeu que l'on attendait.
D'ailleurs, je pense qu'il va falloir se faire une raison car les évènements comme l'E3 ou le TGS nous trompent de plus en plus sur le produit final.
Les vidéos de promotion ne sont là que pour nous montrer la qualité graphique alors qu'on préférerait voir du gameplay.
A savoir que ce jeu fait partie d'une trilogie, on espère donc qu'Ubi nous offrira quelque chose de plus "mouvementé" la prochaine fois.

La version US PS3 sur laquelle je joue passe intégralement en français.
Si vous avez à faire le choix entre Uncharted et Assassin pour cette fin d'année, je vous conseille Uncharted, certes plus court mais avec un challenge bien plus intéressant.

Ma note : 7/10

Sur ce, je vous dis à l'année prochaine car je rentre au Pays des Fromages Qui Puent pour 3 semaines donc il y a de grandes chances que le blog ne soit pas mis à jour avant mi-janvier.
J'essaierai tout de même de faire un post de là-bas pour résumer l'année 2007.
Passez tous de bonnes et joyeuses fêtes de fin d'année !

1 commentaire:

Hisamitsu a dit…

Bonne fête de fin d'année et bon retour en France Vicent ^_^ mmmmmmmmm les chocapics c fort en chocolat lol