06 août 2007

It's a wonderful world

Retour sur DS cette semaine avec un jeu très attendu par les fans de Kingdom Hearts :
Subarashiki kono sekai, It's a Wonderful World en l'occident.


Rien qu'en regardant la pochette, vous comprenez pourquoi les fans de KH attendent le jeu.
Le jeu est developpé par les créateurs de Kingdom Hearts et designé par Tetsuya Nomura.

Vous incarnez Neck, un jeune garçon, qui en se baladant dans la rue, découvre qu'il ne lui reste plus que 7 jours à vivre.
Le Dieu de la Mort lui propose de jouer avec lui, lui lançant plusieurs defis.
Neck n'a donc pas le choix s'il veut vivre et Shiki, une jeune fille, viendra l'aider à résoudre les missions.

Scénario assez "space" comme vous pouvez le voir.
L'histoire prend place dans le quartier de Shibuya à Tokyo, quartier des djeunz japonais si on peut dire.
J'habite à 10 minutes de ce quartier, je le connais donc très bien et c'est intéressant de voir comment il a été modelisé, on reconnait très bien les ruelles ainsi que les magasins.
J'ai vraiment l'impression d'y être.

Afin de réussir les missions, le Dieu de la Mort vous offre un badge assez spécial permettant de lire dans les pensées des gens.
Vous contrôlez Neck au stylet sur l'écran du bas et vous vous baladez dans les rues de Shibuya à votre guise.
Une pression sur le badge et vous découvrez que certains "monstres fantômes" appelés "Noise" hantent les rues.
Cliquer sur un des monstres et vous entrez dans la phase de combat.


Première surprise, on s'aperçoit que les combats se font sur les 2 écrans.
En fait, Neck se retrouve en bas et Shiki se retrouve en haut.
Vous confrontez les mêmes ennemis mais de façon différente.
Tsuki, elle, est par défaut contrôlée par l'ordinateur mais rien ne vous empêche de la contrôler manuellement.
C'est assez complexe puisqu'il faut suivre une séquence de touches affichée à l'écran afin de terrasser les ennemis.
Pas du tout pratique et surtout pas du tout intuitif.

Passons à notre héro, Neck, qui lui se joue entièrement au stylet.
Là aussi, la maniabilité est assez "space" au début vu que l'on utilise le stylet pour courir, marcher, tirer et frapper.

Je m'explique.
Au fur et à mesure du jeu, vous récupérerez différents badges avec des caractéristiques particulières : un badge de tir de boules de feu, un badge qui enflamme les ennemis, un badge de "slash" des ennemis, un autre qui lance des éclairs, un qui me permet de récupérer des HPs à tout moment et même un qui permet de faire de la télékinésie sur les objets.
Il en existe bien plus mais vous ne pouvez pas tous les utiliser simultanément.
A vous de créer vos propres "decks" de badges pour les combats.
On commence avec 3 badges par deck mais cela peut monter jusqu'a 6.


Comment puis-je utiliser toutes ces techniques avec seulement le stylet ?
Et bien c'est là que c'est intéressant justement.
Par exemple, pour le feu, il faut laisser trainer son stylet sur l'écran en pointant l'ennemi.
Pour lancer les boules, il faut tapoter plusieurs fois l'ennemi.
Pour les slashs, on donne des coups de stylet sur l'ennemi.
C'est intéressant de voir comment le soft interprète notre façon d'utiliser le stylet.
Ca marche plutôt bien au final mais la prise en main est loin d'être facile.
Pour courir, il faut donner un grand coup de stylet dans une direction.

Les combats ne durent pas plus de 2 minutes en général, c'est donc assez court.
Assez original et déroutant au début mais pour ma part, j'avoue que j'aime plutôt bien le concept.
La barre de HP est remise à fond après chaque combat.
Celle-ci est d'ailleurs partagée avec votre coéquipière, à savoir donc que si elle se fait attaquer, c'est aussi votre vie qui en prend un coup.

L'autre atout des combats à 2, c'est lorsqu'un des membres de l'équipe fait un combo, celui-ci envoie une sphère d'énergie à son allié, lui permettant de lancer une attaque spéciale dévastatrice sur les 2 écrans.


Le combat terminé, on récupère AP et objets en tout genre ainsi que de l'argent.

Un autre point intéressant, c'est celui du "drop rate", c'est à dire la probabilité qu'à un ennemi de lancer un objet.
Tout ça est consultable dans le bestaire mais si vous jouez en facile plutôt qu'en normal, les probabilités diffèrent et certains objets ont plus de chance de tomber en mode normal.
Intéressant donc, cela pousse le joueur à jouer en mode normal plutôt qu'en facile.

Autre chose concernant votre barre de HP.
Vous pouvez à tout moment descendre le seuil de votre barre de HP.
Par exemple, vous avez 600 de HP mais vous décidez de la descendre à 400.
Bien sûr, vous devenez plus faible mais vous augmentez le "drop rate" et les chances d'obtenir plus d'objets et d'argent.
Système plutôt bien pensé je dois dire, c'est donc nécessaire de jongler avec sa barre afin de récupérer des objets que certaines personnes vous demandent.

Le mode aventure, lui, consiste à rencontrer des personnes, de scanner leur esprit afin de progresser dans l'histoire.
On peut aussi intéragir avec les pensées, faire dire des choses aux gens sans qu'ils en soient conscients.
Cela est très utile et permet de débloquer les situations.

A part les boss, c'est donc à vous de déclencher les combats.
En parlant de boss, ils sont généralement bien costauds et impressionnants, jugez par vous même.


Vous pouvez très bien vous concentrez uniquement sur le scénario sans trop faire de combats mais comme tout RPG qui se respecte, vaut mieux être prêt lorsque les boss se pointent.

L'argent que vous récupérez est sous forme de badge, il faut passer par un convertisseur afin de transformer en yens et de pouvoir les utiliser.
On trouve tout un tas de magasins où l'on peut dépenser son argent.
Shibuya étant un quartier où la mode est reine, 3/4 des magasins sont des magasins de fringues.
Il ne faut pas hésiter à en acheter car celles ci augmentent vos capacités, c'est un peu comme l'épée ou le bouclier dans les RPGs classiques je dirais.
Une fois achetées, équipez les sur vos persos et le tour est joué.

Nous avons donc à faire à un jeu assez original je dois dire, que l'on peut qualifier de RPG-aventure à mon avis.
Première approche assez déroutante mais au final la sauce prend plutôt bien.
Ca peut paraitre assez répétitif au niveau des combats mais l'histoire est sympathique.
Niveau réalisation design, c'est la grande classe, tous ceux qui aiment le style de Nomura ne pourront qu'aimer, sans aucun doute.
Ca me fait penser de temps en temps au futur funky de Jet Set Radio.


Les sprites des persos sont assez petits et pixélisés mais on s'y fait.
La musique, quant à elle, est axée hip pop/techno, ce qui s'accorde parfaitement avec le quartier de Shibuya.
La bande son est composée par Takeharu Ishimoto, célèbre compositeur synthé de chez Square-Enix.
On trouve beaucoup de chansons samplées mais le gros reproche, c'est que la durée des pistes est trop courte.
Ca en devient assez répétitif au final, ce qui est bien dommage.
En tout cas, la bande son vaut le détour pour un jeu DS, j'adore !

Il y a beaucoup de dialogues comme tout RPG donc une bonne maitrise du japonais est requise pour cette version, autrement ça n'a aucun intérêt.

Pour finir, je dirais que ce jeu vaut le détour, rien que pour son gameplay original d'une part, d'autre part par sa bande son et sa réalisation globale stylée.
Malheureusement, je doute que le jeu voit le jour en occident vu le nombre de caractères japonais dans les graphismes.
Cela voudrait dire refaire les graphismes ce qui parrait peu probable mais je me trompe peut être.

J'ai commencé le jeu avec une drôle d'impression, en me disant "Mais qu'est ce que c'est que ce jeu ?"... mais depuis je ne le lâche plus.
Je le conseille à tous les japonisants amateurs de RPGs en attendant une éventuelle sortie européenne.

Ma note : 8/10

Une Nintendo DS édition limitée est aussi sortie pour l'occasion.


Square a mis le gros paquet pour la campagne publicitaire du jeu et Hori, célèbre fabriquant d'accessoires, a sorti un boitier de protection accompagné d'un stylet à l'éffigie du jeu, le tout pour 9 euros, lui aussi limité.


Je ne sais pas ce que vous en pensez mais je le trouve bien mieux que cette DS collector.
D'ailleurs je me le suis procuré et maintenant ma DS a la grande classe !

4 commentaires:

Snake a dit…

Oh tu habites a 10mn du quartier de Shibuya?
Moi aussi, j'y traine presque tous les jours et en voyant la video je reconnais facilement le Tsutaya, l ecran geant Q-Front, la tour 109 etc
dans quel quartier precisement habites tu? (je me suis toujours pose la question lol)
En tout cas c'est clair que It's a Wonderful World a fait une belle entree notament avec l affiche devant l entree de la Tower Records

Vincent a dit…

J'habite a Gakugeidaigaku, sur la ligne Tokyoko, a 10 min de Shibuya, quartier Meguro.

sebastien a dit…

j'ai bientôt fini le jeu et je partage ton avis. Il est sublime, je connais bien Shibuya aussi et c'est clair qu'on retrouve pleins de lieu : Tower Record, le Seiibu, (devenu Shiibu pour le jeu), Hachiko même l'arche à l'entrée de la rue avec la sorte de tête de Pacman ^^ C'est d'ailleurs ce qui m'a attiré dans le jeu car j'adore ce quartier !

d!mon a dit…

slt les gars moi j'habite a 10 minutes de paris lol et je ne sais pas du tout lire le jap alors forcément je suis bloqué juste aprés le combat contre le skateur le moment ou le portable de joshua se met a sonné dans certain quartier je sais pas pourkoi il sonne et je sais pas ce que me demande le gars en rouge qui bloque l'accés a la tour 104 please help me gomé na sai lol